Accueil

Mai 2019

Le Mot du président

La mobilisation des salariés pour continuer à commémorer le 1er mai est-elle toujours à la hauteur des principes qui régissaient les manifestations d'ampleur de l'après-guerre?

On peut en douter en regardant de plus près ce qui s'est passé à Paris durant cette journée.

Les médias ont-ils priorisé les habituelles  revendications des organisations syndicales nationales telles que le pouvoir d'achat, la hausse du SMIC,la justice fiscale, l'amélioration des retraites, l'indexation du point d'indice des fonctionnaies, etc...?

Pas vraiment, puisque les projecteurs, comme toujours depuis le 17 novembre, se sont braqués sur les Gilets Jaunes et plus encore sur les black blocs et leurs exactions commises aussi bien sur les matériels que sur les forces de l'ordre.

Mais ce qui est le plus révoltant, ce sont les mensonges répétés du Gouvernement tentant à faire croire qu'une cinquantaine de personnes auraient"attaqué" l'hôpital de la Pitié Salpétrière alors même que les vidéos prises à cette occasion ont démontré que ce groupe n'avait que pour seul objectif de se réfugier dans un endroit sûr afin de se protéger des gaz lacrimogènes lancés anarchiquement par les forces de l'ordre.

Lorsqu'un Gouvernement persiste dans le mensonge de façon aussi éhontée, comme il l'a déjà fait à plusieurs reprises notamment lors du 1er mai de l'année dernière en soutenant sans réserve Bennalla, il ne peut plus être crédible.

Il ne peut non plus être qualifié de compétent puisque les annonces du Chef de l'Etat pour rémédier au mécontentement des Gilets Jaunes ne constituent que de simples mesurettes sans aucune conséquence perceptible sur le quotidien de nos collègues les plus fragiles.

Je vous rappelle que le projet de loi de Transformation de la Fonction Publique, qui sera adopté avant la fin de cet été, a pour objet de supprimer, dès l’année prochaine, les droits acquis par les agents des collectivités territoriales avant la loi de 2001 sur l’aménagement et la réduction du temps de travail.

Le gouvernement entend en effet obliger toutes les collectivités territoriales (communes, départements, régions ainsi que les établissements publics de coopération intercommunale) à faire travailler leurs agents 1607 h alors, qu’aujourd’hui, un nombre très important d’entre elles sont bien en dessous de ce plancher.

Un autre point de cette loi concerne le recours facilité aux agents contractuels, y compris pour des durées déterminées comme cela se pratique dans le privé, de sorte qu’à terme, il y aura plus de contractuels que de titulaires.

L’objectif du gouvernement est de mettre, en fin de compte un terme à l’intérêt que représente le statut pour les fonctionnaires et de privilégier le recours aux primes individualisées laissant ainsi le champ libre à certaines autorités territoriales de pratiquer le copinage et le clientélisme, tout en diminuant l'influence des syndicats.

Les syndicats doivent compter sur une forte mobilisation des fonctionnaires territoriaux s’ils veulent préserver leurs acquis.

On vous attend donc très nombreux sur les différents points de ralliements à l'occasion de la grande mobilisation organisée par l'ensmble des syndicats le 9 mai.

                                                                                                                                                            Jean-Pierre KLINHOLF

                                                                                                                                                                Président du SNIAT

  • Nom du fichier : Bulletin adhesion 2019
  • Taille : 674.23 Ko

Bulletin adhesion 2019 Télécharger

SNIAT INFO Edition CANNES CACPL.... pour consulter le dernier numéro

http://www.territoriauxsniat.fr/medias/files/sniat-info-n-10-pdf.pdf