Le SNIAT est un syndicat qui s'adresse exclusivement aux agents exerçant leurs missions au sein des collectivités territoriales et de leurs groupements afin de prendre en compte les spécificités des services publics locaux auxquels ils participent .

Totalement autonome, indépendant et apolitique, le SNIAT représente la nouvelle forme de syndicalisme adaptée aux agents des collectivités territoriales, qu'ils soient cadres ou agents d'éxécution, quelque soit leur filière d'appartenance et les fonctions qu'ils occupent :leurs préoccupations sont identiques et résultent principalement de leur rémunération, leurs conditions de travail et le respect auquel ils ont droit.

De nombreuses sections syndicales ont été crées dans des villes telles que Toulouse, Cannes, Carcassonne,le SDIS  du Gard,..

 

 

La création du Syndicat National Indépendant des Agents Territoriaux (SNIAT ) résulte de la conjugaison de deux événements:

 

  1. Les difficultés rencontrées au sein de l'Union Fédérale des Cadres des Fonctions publiques-CGC.
  2. La nécessité de mettre en oeuvre une nouvelle forme de syndicalisme et l'ouverture du SNIATà tous les agents territoriaux.

1- LES DIFFICULTES RENCONTREES AU SEIN DE L'UNION FEDERALE DES CADRES DES FONCTIONS PUBLIQUES-CGC (UFCFP-CGC)

 A l'origine, le SNIAT qui s'appelait SYNATEMESO-CGC, lorsqu'il a été créé en 2006 , avait comme adhérents les agents de la filière médico-sociale de la Fonction Publique Territoriale et était affilié à la Confédération Générale des Cadres (CFE-CGC) par l'intermédiaire de l'UFCFP-CGC.

En 2010, ainsi que l'ont pratiqué les syndicats affiliés à l'UFCFP-CGC,le SYNATEMESO-CGC s'est ouvert à des agents territoriaux de catégorie C exerçant des fonctions à responsabilités quelque soient leurs filières et a pris la dénomination de "Syndicat des Territoriaux CGC".

Une  gande partie des adhérents des autres syndicats sont venu au Syndicat des Territoriaux CGC pour ses compétences et valeurs  mais les responsables de ces autres syndicats, avec la complicité de nouveaux dirigeants de l'UFCFP-CGC, n'ont eu de cesse de le mettre en difficulté au sein de l'Union.

C'est à la suite de ce climat détestable qui a démontré la limite des valeurs de ceux qui jalousaient les représentants du Syndicat des Territoriaux CGC que lors de leur assemblée générale du 16 juin 2014 les adhérents de ce syndicat ont décidé de l'appeler le "SNIAT"et de le désaffilier de la CFE-CGC.

Cette désaffiliation n'a eu aucune conséquence sur les droits de représentation du SNIAT car la Loi n°2010-751 du 5 juillet 2010 relative à la rénovation du dialogue social permet aux syndicats constitués depuis au moins deux ans de se présenter aux élections professionnelles lorsqu'ils satisfont aux critères de respect des valeurs républicaines et d'indépendance.

Au contraire, le SNIAT a pu justement être en phase complète avec le respect de ces valeurs en démissionnant de l'UFCFP-CGC.

Au surplus, par cette démission, le SNIAT pouvait désormais accepter les demandes d'ahésion de tous les agents, quelque soit la catégorie C, B A à laquelle ils appartiennent.

 

 2-LA NECESSITE DE METTRE EN OEUVRE UNE NOUVELLE FORME DE SYNDICALISME ET D'OUVRIR LE  SNIAT A TOUS LES AGENTS TERRITORIAUX

La  CFE-CGC étant une organisation syndicale catégorielle à laquelle seuls les cadres et le personnel d'encadrement peuvent adhérer en vertu de ses statuts, les syndicats qui y sont affiliés et qui ont ouvert leur porte aux agents de catégorie C ne sont plus en accord avec son périmêtre d'intervention.

 Ne  pouvant plus être en phase avec la CFE-CGC, le SNIAT se devait de modifier ses statuts  afin d'étendre officiellement le bénéfice de ses actions à tous les agents des catégories A, B et C, titulaires et non titulaires des collectivités territoriales et de leurs établissements publics,

Au surplus, en se dégageant des contraintes qui pèsent sur les syndicats affiliés à une confédération, le SNIAT parvenait à réaliser ses objectifs:

Etre totalement libre, complétement apolitique et avoir pour seule raison d'exister la défense des intérêts des agents territoriaux : c'est la devise du SNIAT

Les représentants du SNIAT,dépourvus de toute ambition personnelle, ont pour seule mission celle d' assurer la défense des intérêts collectifs et individuels des adhérents.

Parmi eux, nombreux sont des juristes capables de répondre à toutes les questions que peuvent se poser les agents sur leur situation professionnelle et de leur apporter l'aide individualisée dont ils ont besoin ainsi que leur concours pour assurer  leur défense en cas de conflit lié à leurs fonctions et leurs intérêts financiers.

Le SNIAT constitue une nouvelle forme de syndicalisme,plus efficiente et totalement adaptée au nouveau mode de gouvernance des collectivités territoriales, contraintes de supporter des charges financières de plus en plus lourdes, provenant principalement de l'Etat.

Si, jusqu'au siècle dernier, les actions de lutte et les confrontations menées par les forces syndicales contre les collectivités employeurs avaient donner certains résultats, leur impact est aujourd'hui sans effet quant aux  chances d'obtenir satisfaction en matière de revendication.

Le monde du travail a bien évolué et ce qui était envisageable en mai 1968 ne pourra plus se reproduire en raison de la mondialisation de l'économie, d'une forme d'individualisme contraint et des charges fixes très lourdes qui pèsent sur les ménages les plus fragiles ne leur permettant plus de perdre des journées de grêve.

Les organisations syndicales qui pensent le contraire n'ont pas su évoluer et donnent du blé à moudre à ceux qui affirment  qu'elles ne sont plus crédibles.

C'est la raison pour laquelle, le SNIAT privilégiera toujours  la recherche de négociations  avec les pouvoirs décisionnaires des collectivités territoriales, dans une démarche fondée sur l'équilibre à préserver entre le coût et la qualité du service qui doit être rendu au public et la juste rémunération à laquelle les agents ont droit.

Ce n'est que dans un second temps, en l'absence de résultat  satisfaisant à l'issue des négociations que le SNIAT entend adopter une attitude plus véhémente et mettre en oeuvre des actions plus dures.

Dans leur ensemble, les agents territoriaux ont la volonté de répondre le mieux possible aux exigences du service public, mais encore faut-il qu'en contrepartie, ils soient respectés par le public bien sûr mais également par les élus, lesquels doivent prendre conscience que sans leurs collaborateurs salariés, la production des services rendus se cantonnerait qu'aux seuls effets d'annonce et de communication!

C'est donc dans une démarche de "gagnant-gagnant" que les représentants des sections syndicales du SNIAT se sont engagés auprès des élus pour que, dans le cadre d'un respect mutuel employeurs-employés et d'une plus grande considération de la part des premiers  envers les seconds, le grand vainqueur soit  le service public.

 

 

 

 

 

 

 

 

.